Comme beaucoup de personnes avec autisme Clémence souffre d'hyperselection alimentaire. Son alimentation est plutôt très restreinte depuis ses 3 ans et il est quasiment impossible d'introduire un nouvel aliment. Il lui est malheureusement aisé d'en supprimer alors que la liste est plutôt courte.

Cependant, depuis quelques semaines, on remarque que Clémence accepte d'introduire de nouvelles saveurs et étoffe ainsi sa gamme alimentaire.

Elle ne mange aucun fruit ni aucun légume (oui oui, rien du tout) mais accepte de boire du jus d'orange pur jus et parfois du jus de pomme (mais pas souvent). Elle ne cherche pas à goûter de nouveaux jus de fruit, je crois sincèrement que ça la dégoûte. Pour les légumes, elle a déjà accepté d'en goûter quelques uns, les a recraché le plus souvent et n'a jamais retenté l'expérience puisqu'elle l'avait déjà fait et elle se souvient même de la date. Enorme progrès ces dernières semaines : elle accepte de manger un peu de soupe de tomate en brick. Elle peut ainsi manger l'équivalent de 3 ou 4 cuillères à soupe avec une tonne de croutons natures !!! C'est, je crois, le plus gros progrès alimentaire depuis sa naissance !

Elle mange un peu de viande : aiguillettes de poulet, nuggets de poulet, steack hâché saignant, chipolatas, jambon de dinde (ou de poulet) et knackis. Elle a accepté récemment de manger du steack (non hâché) et a adoré la fondue bourguignonne ! (normal, après tout, je suis originaire de Dijon !) et elle a accepté, toujours récemment de manger de la quiche avec des dés de jambon. Pourvu que ça dure !!!

Clémence ne mange aucun poisson, elle ne supporte pas l'odeur, ni la vue !

Elle mange des oeufs sous forme d'omelette, d'oeufs à la coque ou dans une quiche avec uniquement du gruyère. Quelques progrès récents puisqu'elle accepte désormais de manger des quiches individuelles du commerce avec des dés de jambon et qu'elle est capable de manger une omelette avec un peu de gruyère râpé.

Clémence mange quelques féculents : des pommes de terre dauphines en forme de smiley, des frites et quelques variétés de pâtes (mais pas toutes et sans sauce), des pizzas du commerce (les minis pizza piccolino uniquement) et du pain blanc. Là aussi un petit progrès apparu ces dernières semaines, elle accepte de manger un peu de gruyère râpé sur ses pâtes, mais pas systématiquement et de manger du pain aux céréales. Mais toujours pas de purée, de pommes de terre sautées, de riz et aucune légumineuse.

Clémence mange des laitages : crèmes dessert essentiellement au chocolat. Mais elle mange désormais de temps en temps du fromage blanc nature avec du sucre ou du sirop d'érable, des petits suisses, du fromage blanc à la vanille. Elle accepte aussi de manger quelques tartines de vache qui rit, de St Moret ou de kiri.

Pour tout ce qui est "dessert" Clémence est moins difficile, elle mange toute sortes de biscuits et gâteaux, mais rien de très élaboré. Elle peut manger un gâteau au yaourt ou gâteau marbré, mais ne va pas apprécier un gâteau avec de la crème, un glaçage ou des ingrédients inhabituels. Elle mange les biscuits du commerce, des crêpes (elle adore), des gauffres, de la brioche, des croissants, des pancakes et de la galette des rois ! Là aussi quelques petits progrès puisqu'elle peut manger des galettes d'épeautre fourrées au miel et des beignets.

Il y a donc beaucoup d'aliments qu'elle ne mange pas et généralement elle a du mal à en supporter l'odeur et/ou la vue. Si on mange un fruit, elle ne peut pas nous regarder ! C'est pareil pour les crudités, les légumes cuits et certains plats. Elle est incapable d'ouvrir le frigo si elle m'a vue y ranger des restes !

C'est difficile pour nous de manger à l'extérieur puisqu'il faut trouver un menu qui lui conviendra. Au restaurant, je dois systématiquement enlever les feuilles de salade qui décorent son assiette ! Quand on cherche un lieu pour manger, il faut qu'on s'assure qu'il y a du steack hâché et des frites, mais aussi qu'il n'y ait pas trop de monde, que ce ne soit pas trop sombre et qu'il n'y ait pas de musique ou une télé dans un coin. Quand tous ces critères sont réunis, il nous faut encore espérer que l'attente ne soit pas trop longue et que tout se passe au mieux (là, ça veut dire qu'on croise les doigts pour ne pas se faire "trop" remarquer).

Ces progrès récents sont encourageants et j'espère que ça va se poursuivre tout doucement. Je me fiche qu'elle mange aussi varié que nous, mais j'aimerais juste que cette restriction alimentaire ne soit plus aussi contraignante au niveau social (sorties, invitations). J'aimerais comme n'importe quelle autre famille pouvoir sortir et manger dans une pizzéria, prendre des sandwichs dans une fête ou profiter d'un repas asiatique. Qui sait ? ce sera peut être possible dans quelques années !!!