Quand Clémence a eu 12 ans et déjà 10 ans de travail quotidien, elle en a eu marre et a décidé d'avoir des vacances comme les collégiens. On a donc arrêté le travail en autonomie les samedis et dimanches et pris une partie des vacances scolaires. 

 

Ses prises en charge à Toulouse on changé de jour pour basculer le mercredi(3h en groupe, 1h30 en individuel). On a aussi arrêté l'orthophonie car Clémence en avait marre et ce n'était donc plus profitable.

99008485[1]

Entre 12 et 16 ans, Clémence a donc travaillé avec moi 3h30 par jour, 4 jours par semaine (lundi, mardi, jeudi et vendredi), soit un total hebdomadaire de 14h et à cela s'ajoutait 3h de travail personnel  hebdomadaire (des devoirs et travail en autonomie).  Elle n'a pas bénéficié de l'ensemble des vacances scolaires, mais presque. J'ai eu l'impression de basculer à mi-temps car j'avais, d'un seul coup, beaucoup moins de travail de préparation. Et puis, Clémence avait bien progressé, je pouvais utiliser de plus en plus de supports du commerce. J'ai continué de noter sur un agenda et des cahiers le détails de toutes ses séances avec la liste des activités et des commentaires. Tant qu'elle était dans l'obligation d'instruction, c'était important pour moi de garder des traces de notre organisation en cas de contrôle.

L'organisation de nos séances a également changé. J'ai laissé tomber l'organisation avec les corbeilles numérotées et les supports visuels au profit d'un agenda qui listait, chaque jour, les activités au programme. 

J'ai aussi abandonné l'alternance travail à table et jeux en dehors de la table pour tout faire au bureau. 

Par contre, j'ai gardé nos horaires de travail (9h-11h et 13h30-15h). Clémence était très tatillonne quant à l'heure de début de séance, un retard de 5' pouvait aboutir à l'annulation de la séance !!!

Nous avons pousuivi nos activités de français et de compréhension de texte, de maths (techniques opératoires, résolutions de problèmes et calcul mental), jeux de réflexions, Histoire et Histoire de l'Art. 

 

Après 16 ans, à nouveau un gros bouleversement dans notre planning. Nous avons arrêté la prise en charge à Toulouse car Clémence n'avait plus l'envie d'y aller. Et quand elle n'est pas motivée, ce n'est pas du tout profitable. Nous avons eu une année de transition puis avons repris une prise en charge individuelle à Auch avec une psychologue (1h par semaine). L'enthousiasme est revenu et les séances sont très profitables. 

Depuis ses 16 ans, Clémence ne travaille plus du tout les week ends, ni les après midi. Elle travaille 1h le matin, 4 matins par semaine. Il lui arrive de travailler pendant toutes les vacances scolaires ou non, c'est elle qui décide. Je lui donne parfois des devoirs (des rédactions ou résumés de lecture), mais ce n'est pas régulier. Le travail a pour but de maintenir ses acquis en EDL (vocabulaire, grammaire, orthographe et conjugaison), de continuer à la faire progresser en maths. Nous faisons aussi beaucoup de travail de réflexion. 

J'ai juste un agenda dans lequel je note, chaque jour, les activités réalisées. Mais je n'ai plus de cahier pour suivre ses progrès. 

 

Au fil des années, la durée du travail hebdomaire a beaucoup diminué. Cela a été possible car Clémence sait s'occuper seule. Je pense faire un message à ce sujet, pour expliquer comment je lui ai appris à s'occuper seule.