On me demande souvent si Clémence s'occupe seule. Cela fait longtemps qu'elle est capable de le faire mais cela s'est fait en plusieurs étapes : apprendre à travailler de façon structurée avec l'adulte, apprendre à travailler de façon structurée seule, apprendre à choisir ses activités et non plus faire ce qui est imposé, apprendre à s'éloigner du cadre structuré...

Clémence a eu son diagnostic à 26 mois et a commencé, dès le lendemain, à travailler en face à face avec moi de façon structurée. On était en 2001, j'avais donc opté pour l'approche TEACCH avec structuration du temps et de l'espace. On usait et abusait d'emploi du temps, de schémas d'activités, d'indices visuels... C'est cette structuration, pourtant rigide quand on ne la connaît pas vraiment, qui a permis d'accéder à une autonomie pour les temps libres.

Pour les séances de travail, on utilisait un système de travail de gauche à droite avec corbeilles numérotées. Ainsi, Clémence savait ce qu'elle devait faire et pouvait aussi voir l'avancement de la tâche.

8

L'espace de travail respecte les principes de l'éducation structurée : les corbeilles numérotées à gauche, un petit bac et une réglette pour suivre l'avancement de la tâche et la caisse à droite pour y mettre le matériel au fur et à mesure.

9  13  17

Dans chaque corbeille, Clémence avait à disposition tout le matériel nécessaire pour accomplir le travail demandé. 

Quand Clémence a été très à l'aise avec ce système, j'ai installé dans notre salle de travail un espace pour le travail en autonomie : une petite table, des caisses empilées pour recevoir les corbeilles de travail.

24

Clémence était encore non verbale alors, pour ne pas apporter de confusion, je n'ai pas utilisé des chiffres pour les corbeilles mais un code couleur. Je ne voulais pas qu'elle confonde travail en face à face et travail en autonomie. Comme elle devait effectuer ces activités seule, sans aucune aide de ma part, j'ai remis en circulation des vieux supports et elle a pris plaisir à les retrouver. 

L'étape suivante a été pour moi de quitter notre salle de travail, d'abord quelques secondes puis de plus en plus longtemps. Cela a été difficile pour elle de poursuivre son travail dès que je quittais la pièce. Mais, au fil des semaines, cela a pu se faire. 

Comme Clémence était très demandeuse de travail en autonomie, je lui organisais plusieurs séances chaque jour. 

Puis, pour lui donner davantage d'autonomie, j'ai préparé un très grand nombre de corbeilles et les ai mises à disposition non pas à côté de sa petite table de travail mais sur une commode et une étagère de notre salle de travail. 

Clémence a d'abord enchaîné toutes les corbeilles en allant les chercher 3 par 3 pour les disposer à sa gauche. Puis, au fil des semaines, elle n'a choisi que les activités qu'elle préférait. 

Lui mettre tout ce matériel à disposition prenait beaucoup de place et malgré un stock de corbeilles important je ne pouvais pas suivre. J'ai donc commencé à ranger le matériel dans des contenants transparents (sacs de congélation avec zip, pochettes zippées...). 

J'ai aussi commencé à ne pas mettre tout le matériel nécessaire dans chaque pochette. Ainsi, elle a appris à réunir ce dont elle avait besoin (feutres, ciseaux, colle...).

livrets_suite_013

Clémence a ainsi pris l'habitude de venir dans la salle de travail pour y piocher quelques activités. Elle n'avait plus besoin de la structuration visuelle mais continait à effectuer les activités sur sa petite table de travail en autonomie.

Pour lui permettre de progresser encore, j'ai rangé ces activités dans un meuble à roulettes que j'ai pu, après quelques mois déplacer dans sa chambre. 

Voilà comment, petit à petit, Clémence a pu accéder à davantage d'autonomie. Pour son temps libre, Clémence privilégie les activités de loisirs créatifs. Elle apprécie le coloriage, la décoration de supports divers (elle décore des boites à chaussures). Elle adore le découpage et le collage, aime faire de la peinture. Petit à petit, elle quitté les activités préparées dans des sacs ou pochettes zippées pour choisir ce qui lui faisait envie. Elle passe désormais beaucoup de temps à lire, elle est abonnée à plusieurs magazines et lit dse romans. Depuis peu, elle utilise sa tablette et son téléphone pour des jeux ou pour faire des recherches.... au fil des ans elle a su se trouver des centres d'intérêts et y consacrer son temps libre.