Clémence est dyscalculique alors tout ce qui concerne la numération, les techniques opératoires et la résolution de problèmes a été difficile et reste difficile pour Clémence. Pour "fabriquer" ses séances, lui permettre de progresser sans se décourager ni se lasser, j'ai dû multiplier les supports et le matériel utilisé. J'ai dû sans cesse m'adapter à chaque nouvelle difficulté.

J'ai lu les ouvrages de Stella Baruk qui m'ont permis de modifier notre travail et notre approche des mathématiques.

J'ai cependant intégrer cette approche après avoir déjà longuement travaillé la numération de façon traditionnelle avec Clémence. Mais elle ne donnait pas de sens à ces nouvelles connaissances, je cherchais donc le moyen de l'aider. Je ne savais pas qu'elle était dyscalculique et même si elle avait un bon suivi pour l'époque, on était loin d'une réelle prise en charge pluridisciplinaire.

 

41IzWYg0JPL__SX333_BO1_204_203_200_

 

7107l4X0UIL

 

 

 

 

Ces ouvrages ont été édités au début des années 2000, mais ils sont toujours disponibles.

L'approche de Stella Baruk est vraiment différente de ce qu'on fait habituellement avec les enfants, elle part du langage avant de s'intéresser aux numéros, aux chiffres, aux nombres...

Cela permet de donner du sens aux nombres. On peut alors proposer des petits exercices sympas qui permettent de progresser et de faire des maths sans s'en rendre compte. Je pense qu'avec un enfant verbal on peut utiliser cette approche dès la grande section et la poursuivre pendant tout le cycle 1. Pour les personnes en difficulté, comme Clémence, on peut l'utiliser à tout moment !

Le 1er tome aborde les chiffres, les nombres et la numération. Le 2nd tome aborde les calculs et les problèmes.

Il y a tout un travail au début du tome 1 sur la différence entre les numéros et les nombres. Cela a été très utile à Clémence qui mélangeait toutes ces notions. Le plus surprenant, c'est que la méthode n'aborde pas le 1 en premier mais le 5 pour travailler la notion de "nombreux". Là, aussi cela a été très utile pour Clémence qui n'arrivait pas à comprendre le concept de "nombreux" (le même mot pour 2 ou 1000, c'est un peu bizarre !!!). Il y a une partie sur le 0 dont je n'avais pas mesuré l'importance et cela a aussi été très utile pour Clémence

Il n'y a pas de fiches mais plutôt des exemples, des pistes et des idées, c'est à nous de les fabriquer. On peut en trouver ici ou là sur le net.

Désormais on trouve un cahier d'exercices de niveau CP, je ne l'ai pas testé.

 

 

Cette méthode m'a beaucoup aidée pour fabriquer les séances de Clémence. Malgré ses connaissances et compétences en numération (compléter des suites de nombres, associer nombres et quantités...), elle ne donnait aucun sens. Il était quasiment impossible d'aborder de petits problèmes. Les exercices et la progression proposés dans ces ouvrages nous ont donc permis d'avancer.